« Saül et David dans la pensée politique de l’élite protestante hongroise au début du XVIIe siècle », dans Les figures de David à la Renaissance, sous la direction d’Élise Boillet, Sonia Cavicchioli et Paul-Alexis Mellet, Genève, Droz, 2015, p. 125-135.

Dénes Harai, « Saül et David dans la pensée politique de l’élite protestante hongroise au début du xviie siècle » [journée d’étude Juges et rois d’Israël dans la pensée politique et religieuse des xivexviie siècles organisée au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours, 24/01/2012], dans Les figures de David à la Renaissance, sous la direction d’Élise Boillet, Sonia Cavicchioli et Paul-Alexis Mellet, Genève, Droz, 2015, p. 125-135.

Comment expliquer la dévastation de la Hongrie? Comment justifier l’alliance avec les Turcs? Comment mettre fin au chaos politique? Telles furent les questions auxquelles l’élite protestante hongroise devait répondre au début du xviie siècle, pendant la guerre de Quinze Ans (1591-1606), dite aussi «longue guerre turque», qui opposa les forces chrétiennes aux troupes de l’Empire ottoman. Cette communication s’appuie sur les écrits d’Étienne Magyari, pasteur luthérien, de Johannes Bocatius, bourgeois hongrois d’origine allemande, et d’Étienne Bocskai, chef de la noblesse protestante et de la révolte contre Rodolphe II, pour analyser quelques-unes des réponses emblématiques en focalisant sur les deux juges et rois d’Israël récurrents dans les textes: Saül et David. Les auteurs, à commencer Bocskai, s’en servent pour opposer ceux de la « vraie religion » – c’est-à-dire les protestants (luthériens et calvinistes) – menés par Bocskai, le nouveau David, aux « papistes », catholiques qui soutiennent la Contre-Réforme violente d’un Rodolphe II, nouveau Saül. C’est un combat confessionnel, doublé d’un combat sinon « national » du moins très politique, qui se cache derrière le duel de David et de Saül. Pour mettre en scène efficacement ce duel historique pendant la révolte anti-habsbourgeoise (1604-1606), les auteurs n’ont retenu des textes bibliques que les éléments qui cadraient bien avec les objectifs politiques. Étant simples, ces derniers imposaient la simplification de l’histoire biblique complexe des deux figures en question.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dénes Harai (14 septembre 2020). « Saül et David dans la pensée politique de l’élite protestante hongroise au début du XVIIe siècle », dans Les figures de David à la Renaissance, sous la direction d’Élise Boillet, Sonia Cavicchioli et Paul-Alexis Mellet, Genève, Droz, 2015, p. 125-135. Figurations du pouvoir. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://figurations.hypotheses.org/113


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search