« Couronne ardente et danse anthropophage : le décryptage de la symbolique de l’exécution de György Dózsa, chef révolté en Hongrie (1514) », Histoire, Économie & Société, 38 (2019/1), p. 30-49.

Cet article réexamine le parallèle récemment établi dans l’historiographie entre l’exécution de György Dózsa, chef d’une révolte en Hongrie (1514), et celle d’Ambroz Gubec, chef d’une révolte en Croatie (1573), afin de montrer que le modèle explicatif utilisé jusqu’à présent par les historiens ne permet pas de décrypter complètement l’exécution de Dózsa, considérée comme le modèle de celle de Gubec. Grâce à la relecture des sources et des données historiques et ethnographiques, l’article propose une nouvelle interprétation de la symbolique de la couronne ardente et de la danse anthropophage, composantes majeures de l’exécution de Dózsa qui créèrent un véritable théâtre de la punition et de la pacification. Ce dernier ne se retrouve que partiellement en 1573, révélant ainsi deux procédés visant l’effacement des révoltés et le rétablissement de la paix.

Dénes Harai, « Couronne ardente et danse anthropophage : le décryptage de la symbolique de l’exécution de György Dózsa, chef révolté en Hongrie (1514) », Histoire, Économie & Société, 38 (2019/1), p. 30-49.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dénes Harai (14 septembre 2020). « Couronne ardente et danse anthropophage : le décryptage de la symbolique de l’exécution de György Dózsa, chef révolté en Hongrie (1514) », Histoire, Économie & Société, 38 (2019/1), p. 30-49. Figurations du pouvoir. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oqjv


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search